- Sous-Titre : Essaie on en reparle...

 

 

 

Vient un moment où l'on se doit d'être radical. Il ne s'agit pas de s'emmurer, de se la jouer vieux loup solitaire d'envoyer péter la société et de cracher sur les copains. 

Boire un verre à la terrasse d'un bistrot est un plaisir solitaire. Evident. Bien calé dans un fauteuil avec accoudoirs, la boisson est à la limite accessoire, la place a été choisie avec soin jamais en première ligne pas trop près de la porte plutôt dans un angle ouvert, dos au mur la lumière doit être choisie il ne s'agit pas d'avoir le soleil dans les yeux... l'horaire à son importance je préfère qu'il n'y ait personne aux tables jute à côté mais il ne faut pas que le rade soit désert.

Le grand plaisir d'un café/journal par un matin d'automne est immense à condition qu'il ne soit pas troublé par une ou des questions. Un début d'après-midi/boisson fraîche pour matter les promeneurs mérite de la concentration, quasiment de l'art.

Bien évidemment qu'il est possible de profiter à plusieurs, en couple d'un bon moment à la terrasse d'une belle brasserie, on peut, mais ce n'est pas pareil ça n'a rien à voir ! Les grands moments privilégiés, les rencontres d'exception et les coups d'oeil exceptionnels je les ai vécus seul.

C'est comme passer une journée à la découverte d'un ville, il devient extrêmement difficile de satisfaire sa curiosité en groupe ou même en couple. En ce qui me concerne je veux me perdre, prendre à gauche tout droit tenter cette rue non commerçante ne pas m'arrêter face à ce monument, manger en plein après-midi le cas échéant... c'est également une question de rythme, de vitesse, de points d'intérêts, de conditions météo, de confort vestimentaire... un groupe mais c'est l'horreur il y en a toujours en retard, avec un problême, l'autre mécontent, celui qui ne veut pas déroger du programme... alors t'imagines le groupe au troquet, deux heures pour choisir sur la carte des thés... "nan finalement, je vais prendre un Perrier/rondelle" et puis arrive le moment de l'addition, une catastrophe le moment de l'addition ! Boire un verre à la terrasse est un plaisir solitaire, essaie on en reparle.