Bleck attitude

05 décembre 2016

AC/DC...

 

 

 - Sous-Titre : On/Off...

 

C'est juste au moment où j'ai servi la soupe dans les grands bols, c'est grand ces petits moments là, d'une grande louchée fumante remplir deux bols d'une soupe toute simple toute chaude et rassérénante appeler la femme de ma vie qui faisait je ne sais quoi je ne sais où et allumer la télévision pile-poil au moment où à l'écran surgit derrière un micro le Président de la République, on s'est ragardés "putain, un attentat encore" non, le Président de la République d'une voix blanche s'est déclaré non-candidat à sa succession.

C'est bien, ça me rassure même... je l'ai trouvé vachement bien son discours de non-candidat à sa succession, presque aussi bien que le discours de l'autre ancien Président de la République qui a vachement bien déclaré pour la deuxième fois qu'il délaissait la politique, je les ai trouvés dignes tous les deux allez... ils sont vachement bien quand ils se tirent, émouvants même.

Oh putain le pied... ce pied d'enfer qu'ils vont vivre ces mecs, le soir peinards allumant la téloche tranquilles après avoir rempli un ou deux bols d'une soupe toute simple toute chaude et rassérénante... le pied, bonne soupe les Mecs !

Posté par Bleckattitude à 08:37 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


28 novembre 2016

Iranien qui ira le dernier...

 

 

 - Sous-Titre : Quoi, le titre de ce billet... Quoi, le titre de ce billet...

 

Hier en fin de matinée nous sommes allés à la ville, pour voter, en effet il fallait être inscrits depuis décembre 2015 et en 2015 on n'avait pas l'intention de déménager.

 

Hier nous sommes allés à la ville pour voter et puis pour la première fois depuis très longtemps nous avons déambulé dans ce Bordeaux que nous aimons tant, le soleil était magnifique et bien figures-toi que nous étions déboussolés, c'est ça un peu perdus oh on a bien bu cette bière place du Palais mais le coeur n'y était pas... je ne sais pas ce qui nous a fait ça, mais nous étions tous les deux un peu à l'ouest...

15 heures trente "Le client" à l'Utopia superbe film de l'Iranien Asghar Farhadi... voilà deux ou trois ans nous avions vu "Une séparation" et c'est en souvenir de ce bon moment de cinéma que nous sommes entrés confiants dans la salle de cinéma.

Beauté et violence, sens de l'honneur, amour et tendresse, chronique de gens ordinaires, intelligence et jusqu'auboutisme... Farhadi vient te chopper dans le tréfond de ton fauteuil et il ne te lâche plus... très beau moment de cinéma.

Posté par Bleckattitude à 10:14 - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 novembre 2016

J'ai toujours eu une certaine tendresse pour elles...

 

 

 

On la voyait rentrer de je ne sais où dans la matinée, en taxi toujours en taxi, elle se faisait déposer au coin de l'impasse de la Villa Rocca il ne lui restait que 100 mètres à faire le plus discrétement possible pour ne pas faire plus de honte à ses parents chez qui elle créchait toujours. Quand j'étais môme j'ai bien connu une prostituée elle habitait donc comme nous dans le haut de la ville dans un quartier ouvrier très calme loin de l'agitation du port...

Oui mais elle oeuvrait depuis un bar qui était également le voisin immédiat de la boutique de chez Jean et yvonne chez qui j'ai passé toute ma jeunesse, la boutique de souvenirs était jusqu'après-guerre un bordel, il restait d'ailleurs dans les années soixante quelques relents de maison close dans la grande salle du premier étage comme l'emplacement du grand billard à la française qui se dessinait sur le vieux plancher et puis des inscriptions faites au canif dans les lambris, le vieux candélabre usé qui pendait de tout là-haut, je me souviens avoir passé des heures à tenter de déchiffrer ça, mais j'étais bien jeune et plus tard tonton Jean à fait tout disparaître par modernisme... c'est bien après qu'il m'a raconté des trucs assez dingues lui qui été né dans les étages...

Lucette n'était pas belle, elle était même moche à ce que mes souvenirs m'indiquent... quand je la croisais sur le quai de Caligny et quand elle était seule elle me saluait gentiment "bonjour petit" elle venait acheter des paquets de "hollywood shwingum"  toujours à la chlorophile, à la boutique pas un ou deux elle achetait la boite entière soit une douzaine d'étuis et elle payait sans reprendre la monnaie ça, ça me plaisait bien aussi.

Dans notre quartier Maman m'avait demandé de ne pas la saluer et de toute façon elle ne me connaissait plus lorsque nous nous croisions dans notre rue.

Elle est sortie longtemps avec un grand black très costaud qui habitait juste en face de la maison au rez-de chaussée et paraît-il qu'ils ne se privaient pas et que même l'été pendant l'après-midi ils baisaient fenêtre ouverte... paraît-il, parce que j'ai bien essayé de voir... mais j'ai jamais rien vu !!

Je ne sais pas si ça vient de l'ambiance des quais luisants de brume et de granit, je ne sais pas si c'est la lumière clignotante de l'enseigne "Météor" du 54 quai de Caligny qui m'a induit ça, mais j'ai toujours une certaine tendresse pour elles...

Posté par Bleckattitude à 18:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

19 novembre 2016

Rue de la Huchette...

 

 - Sous-Titre : Ce n'est pas du plagiat, c'est de l'influence, quelque chose comme une référence...

 

Si tu me dis cinquième, je réponds rue Saint-Jacques, les salles de cinéma classées Art et Essai ou les librairies ou bien encore l'excellent "La fourmi bleue" voire le Panthéon ou la sortie du métro "Saint-Michel" sûrement pas la rue de la Huchette... pouah ! D'abord parce que je trouve complètement stupide de casser des assiettes en dansant dans un espace exigu au son du Bouzouki et puis, parce que.

Reste yves Simon... mouais, c'est vrai il y a yves Simon... l'écrit bien j'aime bien "j'ai rêvé New-York" avec un peu plus de voix ça le ferait vraiment.

En ce qui me concerne les trottoirs du quartier Latin, yves Simon, ça sonne milieu des années 70 mais qu'est-ce que j'écoutais au milieu des années 70... rien en particulier, rien et vraiment de tout : Le Lino avec Le Sud, J'ai encore rêvé d'elle ah ouais, J'ai encore rêvé d'elle pfiouuuuu, Parlez-moi de lui & Femme avec toi de nicole Croisille l'excellente nicole Croisille, Les vacances au bord de la mer de Jonasz superbe chanson ah oui il y avait également L'été Indien qui a cartonné et puis Sur la route de Menphis de Schmoll... en Anglais... les Stones non, les Beatles non, les Who bien évidemment et peut-être Pink Floyd... peut-être, mais J'ai encore rêvé d'elle ah ouais... 

Posté par Bleckattitude à 08:40 - Commentaires [21] - Permalien [#]

13 novembre 2016

Dimanche après-midi...

 

 

 - Sous Titre : Et sans Drucker...

 

Voilà quelques temps nous sommes allés pour la première fois applaudir un concours de chant. C'était dans la salle communale d'un village voisin, c'était gratuit, il pleuvait on est entrés et je reconnais m'être assis dans les gradins le visage barré d'un sourire condescendant... sot que je suis, nous avons assisté à un beau spectacle !

La galerie de personnages était impressionnante de la petite môme de 8 ans très mignonne dans sa robe de princesse assurant son show  tout en gardant la délicatesse d'une enfant au géant quarantenaire interprétant "Unchain my Heart" et faisant se lever la salle entière. On a tout eu et même très peu de couacs, j'aurai longtemps en mémoire cet auteur-compositeur-interprète amateur venu délivrer sa douleur de l'aimée récemment emportée par ce putain de crabe, Lucie immobile face au pied de micro, pas encore 20 ans et balaçant "Allelujah" avec un grain de voix énorme, à cappela. Des voix énormes, ce type anxieux dans l'attente d'un résultat très aléatoire, des accompagnateurs enfiévrés, des ultra-sensibles, des hâbleurs, de l'émotion et des rires, un son très propre un présentateur bon-enfant, ce couple improbable... c'était vachement bien.

Posté par Bleckattitude à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


07 novembre 2016

De l'intérêt de l'eau salée...

 

 

- Sous-Titre : Je l'ai peut-être déjà raconté ce truc... et alors...

 

Voilà quelques années, fin d'hiver à l'extrémité de la plage des Sables d'Olonne je rentre dans ce confortable hôtel en plein après-midi tout en disant deux ou trois mots à l'aimable réceptionniste je remarque un type avachi dans un fauteuil, la trentaine il est affublé d'un blouson de mer comme on en voit partout il est propre et rasé, réveillé même mais totalement ailleurs... Il me suit quand je rentre dans l'ascenseur  on arrive au même étage il tourne à gauche moi à droite, on ne s'est pas échangé un mot.

Un peu plus tard en redescendant je ne peux pas m'empêcher de poser la question: "Qui c'est ce mec ?" - Ah, vous parlez de Mr. Smith...  concurrent du Vendée Globe il est arrivé voilà quatre jours... épuisé il a dormi plus de deux jours... il a du mal a revenir sur terre...  mais ça va aller, on est habitués !

Monsieur Smith est peut-être reparti hier avec les autres... j'ai un très grand respect pour ces gens-là et je me fous intégralement du classement.

 

 

Posté par Bleckattitude à 11:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 novembre 2016

L'indice de propreté...

 

 - Sous-Titre : Se méfier de l'apparence...

 

iggyfemme_465x480

(non je n'ai pas pris ce cliché, cette photographie je l'ai trouvée sur le net)

 

Tu as de l'expérience dans la vie,il y a la famille, le premier cercle ensuite tu as croisé quelques tonnes de personnages pendant tes études, lors de ta vie professionnelle, tu as des connaissances voire des amis et tu sais te forger une opinion ou à quelque chose près...  parfois on tombe de haut, on peut être vachement surpris par l'attitude de l'autre.

Très souvent il y a l'attitude de façade et chacun à la sienne et puis il y a l'intime et ses contradictions, difficile d'y échapper. A chacun sa tolérance, son niveau de pudibonderie ou de croyances.

Je vais te parler d'indice d'hygiène, voilà quelques mois nous avons vécu plusieurs jours chez un couple de copains, des amis de trente ans cadres dans le privé tous les deux bel appartement dans le onzième chaque année on y passe deux jours et l'accueil est toujours formidable entre nous ça roule, Murielle cuisine magnifiquement la nappe blanche accueille la porcelaine ancienne et le nombre de couverts qu'il faut pour un dîner petit-bourgeois Marc sait choisir la bouteille qui accompagnera le salmis de palombe, dans le garage le 4x4 de marque Allemande est impeccable... suite à un accident domestique sans gravité nous avons dû entrer dans la cuisine dont la porte est toujours soigneusement fermée et là surprise un bordel comme j'en ai rarement vu... il ne s'agit pas d'un défaut de rangement dont je me fous royalement non, cette pièce est sale vraiment dégueulasse j'ai été choqué, mon indice d'intolérance à la crasse est atteind.

Après je m'en fous, c'est leur problème si tout va bien pour eux, certaines de mes attitudes ne leur conviennent pas évidemment et c'est très bien comme ça... j'ai été très surpris, c'est tout.

 

Posté par Bleckattitude à 11:33 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

03 novembre 2016

Yep...

 

 - Yep, et que vivent les premières fois...

 

IMG_3519

(bon j'en conviens, c'est peut-être un tout petit peu présomptueux...)

 

Pour des raisons de travaux importants dans le séjour depuis hier on dîne vite fait et hop au pieu !

Pour des raisons de travaux importants dans le séjour depuis hier j'ai rebranché la télévision ça fait quelque chose comme six ans qu'elle ne nous servait que d'écran pour la lecture de DVD.

Pour des raisons de travaux importants dans le séjour depuis hier nous avons la télévision dans la chambre et c'est une toute nouveauté pour nous... Yep, une première fois !

Ça nous amuse fort ce truc, tiens ce soir on va mater les sept samourailles de la droite et du centre s'arracher les tripes pendant que nous peinards au pieu... et qui c'est qu'à dit que la télé dans la chambre ça tuait la sexualité du couple... des conneries !!

 

 

 

Posté par Bleckattitude à 17:27 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

01 novembre 2016

L'héritage...

 

IMG_3664

Autant que je me souvienne j'ai toujours vu l'armoire Normande dans notre séjour, je me souviens entrer à la maison embaumée d'encaustique les jours où maman venait tout juste de faire briller le chêne et lustrait les ferrures en cuivre, dans l'armoire Normande étaient rangés ce qui avait de la valeur depuis les draps en coton aux initiales des aïeux aux couverts en argent qu'on ne sortait jamais jusqu'aux documents familiaux, quelques sous probablement aussi.

J'ai toujours su que cette armoire me reviendrait, ma soeur aurait autre chose mais l'armoire Normande c'était pour moi... évident !

Il y a deux mois le massif monument à retrouvé sa place au coeur de la maison après être passé par la case garde-meubles... chez nous elle a hébergé la hifi, un bar, notre bureau, notre vaisselle, un télé il y a longtemps... demain commencent des travaux importants dans notre maison, on fait ouvrir deux grandes fenêtres casser une cloison on a fait des plans plusieurs plans hier midi pendant le déjeuner j'ai dit à la femme de ma vie "on vire l'armoire Normande, si tu veux bien !"

Quelque chose n'allait pas et puis j'en ai plein le dos de cette armoire Normande. Il ne s'agit pas de tenter de la vendre ou de la jeter on va la mettre dans le bureau ou dans une chambre qu'on occupe pas, elle reste un objet qui compte, mais elle ne se la jouera plus vedette.

Je viens de te parler d'un meuble très imposant reste un tout petit objet de 12 centimètres de long auquel je tiens beaucoup c'est la tirelire de René mon papa, en porcelaine de Sarreguemines elle a été fabriquée en 98... dix huit cent quatre vingt dix huit ! Tout en écrivant ce billet je la regarde, la soupése on peut entendre deux ou trois sous enfermés à l'intérieur oh naturellement elle a déjà été cassée pour récupérer son contenu mais papa l'a consciencieusement recollée j'aimerais observer les piécettes qu'elle recèle encore mais je respecte l'objet impossible pour moi de le casser à nouveau, j'aime beaucoup plus cette tirelire que l'armoire Normande.

IMG_3666

 

Posté par Bleckattitude à 16:24 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 octobre 2016

La queue de boeuf...

 

 - Sous-Titre : Le taureau l'a échappée belle...

 

Voilà bientôt dix ans j'ai ouvert ce délicat Blog avec comme catégorie reine, la cuisine... sujet que j'ai très vite délaissé au profit de divagations diverses et variées. C'était l'époque ou je me suis équipé d'un ordinateur ou j'ai découvert un forum de cuisine ou j'ai rencontré une fille vachement intéressante, Anne qui en a fait son activité professionnelle avec "Papilles et Pupilles" Anne, quelqu'un de bien.

Bleck Attitude c'est dirigé vers d'autres délires mais je n'ai jamais cessé de m'intéresser à la tortore, je bricole assez mal mais je cuisine assez bien disons que tout ce qui touche la table m'intéresse... mardi matin au marché je suis tombé en arrêt devant une queue de boeuf, faisait beau mais frisquet hop hop hop c'était décidé j'ai acheté deux kilogrammes de queue de boeuf parce qu'il faut se rendre à l'évidence il est temps de préparer les bons plats bien roboratifs le genre de truc à laisser traîner sur la plaque de cuisson quelques heures, le genre de truc que te parfume la maison pour la journée et puis ça coûte que dalle la queue de boeuf !

Un oignon, 6 carottes, 3 poireaux, 3 gousses d'ail, 1 feuille de laurier, 2 cubes de bouillon de légumes et une bouteille de vin rouge.

Tu prends une belle et bonne marmitte (c'est à dire une belle et bonne marmitte... un grand truc en fonte bien lourd et bien grand, le truc qui attache un chouia, la bonne et belle marmitte !) Dans ta marmitte sur feu vif un jet d'huile d'olive plus un chouia de beurre et fais dorer tous les morceaux de viande bien comme il faut, tu réserves la viande tu jette l'excès de gras (oui oui) tu mets l'ensemble des légumes préalablement découpés et tu les fais "blondir" à feu doux pendant quelques minutes en remuant de temps en temps (c'est à dire de temps en temps...) ensuite on ajoute la viande puis deux tours de moulin à poivre un tout petit peu de sel, les bouillons de légume la bouteille de rouge jusqu'à couvrir la viande tu fais bouillir puis tu diminues la puissance du feu tu couvres et tu laisses bloblotter au minimum quatre heures (minimum !) tu mets la marmitte au frais au cellier et tu oublies jusqu'au lendemain !

Le lendemain c'est le bonheur, tout d'abord tu enléves la couche de gras (ah oui, ah oui c'est gras la queue de boeuf, c'est même pour ça que c'est bon !) et tu remets à réchauffer tout doucement pendant ce temps là tu cuis des pommes de terre que tu écraseras délicatement dans chaque assiette une bonne part de queue de boeuf par là-dessus tu manges bien chaud avec un pain de campagne accompagné d'une bouteille du vin qui t'a servi pour la sauce... et la vie est tout de suite encore plus douce.

Posté par Bleckattitude à 20:04 - - Commentaires [17] - Permalien [#]