Bleck attitude

16 novembre 2017

Supprimade...

 

 

 - Sous-Titre : Dans la catégorie Au Secours...

 

 

 

En fin d'après-midi j'ai édité un billet avec une photographie (pour une fois, j'avais ajouté une photo) en début de soirée j'avais reçu (déjà) deux commentaires... j'ai supprimé le billet en question il pouvait blesser et ce n'était pas vraiment le but. Ce billet était maladroit. Je souhaite m'excuser auprès des lecteurs éventuels non commentateurs si je les ai choqués.

 

 

 

* J'ai envoyé un MP aux deux commentateurs malheureusement une adresse n'est pas valide.

Posté par Bleckattitude à 20:56 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


15 novembre 2017

Cheikh Chouel...

 

 

 

 - Sous-Titre :Au pieu, le roi...

 

 

Hier soir j'ai regardé une émission télévisée évoquant la vie de Louis le quatorzième, je n'en ai retenu qu'une chose une seule chose, au sortir de l'enfance Louis a reçu une authentique éducation sexuelle de la part d'une Dame cylopéenne choisie pas sa maman... L'enfoiré ! Non, mais est-ce que tu imagines... l'enfoiré !

Ça a été mon fantasme numéro 1 me faire dégoupiller par une Dame mûre et bien sous tout rapports... Y en a y paraît à qui ça arrive, y paraît... moi non.

L'un de nos deux fils un soir m'a fait la confidence alors qu'il avait 18 19 ans qu'une "vieille" lui avait fait des avances très avancées et qu'il ne savait pas trop quoi en penser, qu'il hésitait, on en a discuté deux minutes je lui ai dit que je pouvais comprendre son embarras (la "vieille" avait 38 ans)... mais que ça pouvait être une expérience bien agréable et forte d'enseignements. Je n'ai jamais su s'il (elle) avait conclu, ce fiston est supra discret et si je suis ok pour écouter et répondre, je ne pose pas de question sur le sujet.

Mais Louis... enfoiré !

 

 

Posté par Bleckattitude à 15:58 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

13 novembre 2017

De l'utilité...

 

 

 - Sous-Titre : Du grand coup de pied au cul... 

 

 

 

 

Posté par Bleckattitude à 15:53 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

09 novembre 2017

12°5...

 

 

Ce matin j'ai bu un café chez mon grand, il est en congé. Nous sommes restés en tête à tête deux bonnes heures, ça a duré une heure et demie environ mais comme c'était très agréable ça faisait deux bonnes heures, puisque le temps est élastique.

Un air latino  tournait sur la platine vinyle, l'appartement était impeccable un broc de café et quelques tranches d'un excellent pain au céréales nous a ravis. "tiens, regarde la cave que je viens de m'acheter pour noêl" et puis dans la bibliothéque tous ces livres sur les cépages, les terroirs, les crus réputés ou non jusqu'au B D's sur le sujet du vin, une collection de tire-bouchons...

Bon c'est vrai, il est né dans le Médoc. Oui c'est vrai, les plaisirs de la table on toujours compté à la maison. Ok c'est vrai, son tout premier job d'été fut les vendanges vertes en juillet. C'est vrai, mais tout de même !

Paul a 29 ans, il vit avec une très jolie fille dans un appartement  confortable il a un job (trop) exigeant d'où il extirpe un salaire correct, c'est un fait. Et il pense vin, il déguste vin, il étudie vin, il rêve vin, il lit vin, il collectionne vin, il dépense vin, il parle vin, il regarde vin, il hume vin...

Son appétence pour le jus de la treille n'est pas nouveau certes, mais là... il étudie la possibilité d'en vivre, d'en survivre peut être, et pas dans le mode commerce, non il pense technique, production, terre, il s'attend à en chier... Je vois un jeune homme bien dans sa peau, avec des rêves peut être des projets, je t'aime fils.

 

 

 

 

 

 

Posté par Bleckattitude à 19:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

01 novembre 2017

Scandinave...

 

 

Depuis que nous habitons une maison, voilà maintenant sept huit ans, nous possédons deux éléments essentiels, un parquet et un poêle à bois.

Le chauffage de l'ensemble de la maison est assuré par une chaudière alimentée au gaz de ville, réglée à 19 degrés le chauffage est au sol, 19 c'est tout juste pour ne pas avoir froid alors pour le confort et depuis trois jours  je fais deux flambées par jour. Une au matin et l'autre à la tombée de la nuit... quel plaisir, du petit bois ramssé dans la forêt mitoyenne, craquer une allumette dès que le poêle est chaud allonger deux bûches et c'est parti pour une ou deux heures d'un superbe foyer en quelques dizaines de minutes la température monte de deux à trois degrés parfois beaucoup plus... gaffe à ne pas avoir trop chaud, moduler l'arrivée d'air, jouer avec le plaisir de la flamme.

Surtout pas de carrelage, surtout pas de carrelage ! Dans notre précédente maison nous avions viré le carrelage pour le remplacer par un authentique plancher de chêne clair, superbe et très agréable au pied nu. A notre arrivée ici même souhait malheureusement le risque était énorme de déteriorer le système de chauffage noyé dans la chappe de ciment... nous avons opté pour un plancher flottant posé directement sur le carrelage... pas beau et inconfortable, c'était ça ou prendre le risque de ne plus profiter d'un systéme de chauffage performant, parois le rationel fait caguer.  Notre beau plancher de chêne, voilà le seul élément que je regrette de notre ancienne adresse.

Heu-reusement... ravis du service de notre ancien poêle nous nous sommes ré-équipés du même modèle, je t'aime Jotul.

 

 

 

Posté par Bleckattitude à 16:19 - - Commentaires [18] - Permalien [#]


24 octobre 2017

Coït interruptus...

 

 

 

- Sous-Titre : Allez en paix...

 

 

La sçéne se passe au parking à vélos juste à côté de l'église de Arès, Arès c'est pas loin de Lège (tu t'en fous toi tu habites Lorry-les-Metz c'est entendu, tu peux raccrocher) pour tous les autres : On venait juste de terminer nos achats sur le marché lorsque je matte une scène tout à côté de moi.

La Dame de mon âge ou à peu près, se débattait avec un petit blondinet tout à fait mignon mais qui trépignait parce qu'il avait soi-disant faim et qu'il réclamait sa môman et deux pré-adolescents qui refusaient de monter sur leur vélo préférant se chiquenauder sous prétexte que l'autre avait eu un bonbon meilleur que lui-même (tu ne comprends pas vraiment... moi non plus) en plus elle devait se démerder toute seule avec les achats de victuaille à installer dans les sacoches, les clefs antivol à trouver et le chiard à installer sur le siége enfant, rien quoi, surtout que ce n'est que bonheur il ne lui restait plus que faire la route, préparer le repas, servir à table, débarrasser, passer la wassingue, mettre le petit bout à faire la sieste, faire tourner une machine, préparer les chambres, séparer les deux cousins, ranger le jouets, appeler les enfants et leur dire que leur descendance est juste magnifique et qu'ils ne s'inquiétent surtout pas  et que tout va très bien !

Je n'ai pas envie d'être grand-père. AU SECOURS. Toutes nos copineries sont équipés de petits-enfants... ils sont tous absolument adorables, j'en connais trois-quatre en chair et en os (j'en connais trop en photographie, et déjà en photographie c'est lourd, très lourd) bon, mais je dois reconnaître on en connaît 3 ou 4 c'est vrai ils sont adorables, disons... pendant un quart d'heure.

Il y a pas longtemps, Marie (1 petit fils à son actif, fait pour un ouikend chaque mois  + de 500 kms pour aller garder le mignon) Marie me dit "mais tu ne te rends pas compte, quand tu seras Papi, tu craqueras comme les autres" Possible, de toute manière à ce moment là le rejeton de mon rejeton sera le plus beau c'est évident, déjà mon chat est le  plus sympa de tous les chats, alors !

Bon, nous verrons. Mais alors c'est quoi ce truc attends, si j'ai bien compris dorénavant à CHAQUE VACANCES, c'est institué tu vois débouler les enfants ET la marmaille et pis le lendemain les parents se tirent et te laissent le petits et tu dois te taper les merveilles pendant les deux semaines... c'est quoi ce délire ! Alors tu dois laisser tomber ton rythme pépère vicieusement peinard et grassement égocentrique pour garder leurs mômes à eux... c'est marqué où, c'est qui qu'à décidé quoi ? AU SECOURS, paraîtrait qu'y a un truc vicieux qui s'apprêterait comme qui dirait à quelque chose comme de la compétition entre les vioques, j'ai cité les grands-parents des deux côtés : "eh ben moi, mes parents à moi, il nous ont fait la surprise de prendre les z'enfants pour trois semaines au Cap-d'Agde" qu'y aurait même des jalousies.... C'est quoi ce bintze !

Bon, nous verrons. Pour l'instant que ce soit la femme que j'aime ou votre serviteur, nous ne mettons aucune pression... pas la moindre question embarrassante, on pondère, on fait gaffe... amusez-vous mes chéris, profitez bien mes petits lapins, Papa et Maman profitent... allez en paix.

Posté par Bleckattitude à 16:07 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

16 octobre 2017

Hier, j'ai franchi un seuil...

 

Ça se passe en face du 68 de la rue Saint-Sauveur la 403 de mon oncle Louis est sagement garée et du haut de mes huit, dix ans mes yeux sont attirés par la boite de Kleenex posée sur la plage arrière de la Peugeot, ça fait riche c'est superbe !

Aujourd'hui et dans ma petite tête enfiévrée je vois très bien cette jolie boite de Kleenex, cette petite boite en carton était bleue marine avec des liserets argentés "Kleenex" dont la police d'écriture était et de blanc vêtue s'arborait fièrement ce n'était pas les sous-marque d'aujourd'hui oh non, un mouchoir blanc immaculé attendait de subir la préhension de mes cousines sagement assises à l'arrière de la voiture alors que par un malin pliage le deuxième petit carré de papier absorbant attendait son tour... c'était magnifique, mon oncle Louis et ma tante Marguerite devaient être sacrément riches...

Maman nous faisait utilliser des mouchoirs de tissu à l'époque et je ne me souviens plus quand est-ce que j'ai utilisé des étuis de mouchoirs en papier, mais jamais je n'ai posé une boite de mouchoirs sur la plage arrière de mon véhicule... c'est dans mes yeux un signe extérieur de richesse, évident.

Je crois que nous avons tous nos seuils de richesse, nos bornes à ne pas dépasser sous peine de changer irrémédiablement de classe sociale, de ne pas nous sentir à notre place... Mon père n'aurait jamais pénétré dans un palace, je me souviens lui avoir offet un pot dans le lobby d'un hôtel Mercure et je me souviens qu'il n'était pas totalement à l'aise, lui il était ouvrier.

Hier nous étions à la plage un quinze octobre la plage du Porge était ultra fréquentée je me suis baigné évidemment et puis une petite sieste histoire de fêter ça. "Chocolat, café, beignet... boissons fraîches... Chocolat, café, beignet... boissons fraîches... Chocolat, café, beignet... boissons fraîches... Chocolat" C'est à ces mots que je me suis éveillé, le mec est là à moins de 50 mètres en train de servir un groupe de jeunes en quête de sucreries. J'ai alors dressé un bras et je l'ai appelé "vous avez encore du café chaud ??"

Un gobelet de bon café dans la main, il était très bon mon café à  2 Euros, j'ai pleinement joui de l'instant je venais de passer un cap j'ai soixante et un an je fréquente les plages très régulièrement, j'en ai vu des vendeurs de beignets j'ai été tenté tu sais... vraiment, mais ce n'était pas pour moi... Hier, j'ai franchi un seuil.

Posté par Bleckattitude à 09:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

14 octobre 2017

De l'utilité du préchauffage...

 

 

 - Sous-Titre : Gaffe à la surchauffe...

 

 

Le magnat du cinéma Américain, cet homme de pouvoir, tel ou tel autre réalisateur, un petit patron, l'idole des jeunes et pourquoi pas Cantat...  pendant ce temps des enfants ou des grands-mères se font violer au titre de dommages de guerre ou simplement parce que c'est une arme comme une autre.

En tant qu'homme et pourquoi pas en tant que mâle j'ai trop souvent l'occasion d'avoir honte de mes semblables, je ne me souviens pas par exemple avoir sifflé une fille dans la rue ne serais-ce qu'une fois, j'ai par contre été victime et plus d'une fois, de filles jouant de tous leurs atouts pour me chauffer comme un malade et... "eh non en fait, c'était juste pour jouer... non !" Certes ce n'était pas une raison pour les coincer de force sur le parking mais, si je suis d'accord pour respecter leur limite, j'estime qu' il y a des codes à respecter également.

Les codes, quels codes au fait ? Les enfants de primaire regarderaient des films pornographiques... les "bombasses" seraient la norme... quels codes ?

Après, je ne devrais pas regarder les fesses de la belle femme qui me précéde, au secours ! 

Ensuite on a le droit à tous les amalgames, bertand Cantat ferait la une, on célèbre le retour de l'Artiste, l'homme à tué c'est abject et il s'agit d'un crime passionnel le bertrand n'a pas joué il est bien coupable il a payé, il paye probablement toujours... je m'estime en droit d'admirer l'Artiste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Bleckattitude à 10:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

11 octobre 2017

Sex-Shop...

 

 

 - Sous-Titre : Bandant...

 

 

 

Posté par Bleckattitude à 15:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 octobre 2017

Loin des chiffres...

 

 

 - Sous-Titre : Est-ce que tu me ressens...

 

 

 

"En Bretagne il ne pleut que sur les cons" Allons bon, c'est un grand déguingandé acnéen qui arborait ça fiérement sur son tee-shirt par un beau matin ensoleillé sur les quais du Croisic.

 

Il porte le vêtement qu'il veut le gonze et puis ça a le mérite de créer des raccourcis pour les éventuels liens sociaux. J'ai bien lu la semaine dernière sur le tissu qui masquait une poitrine trop grosse "Je suis libre"... pauvre gamine, ce que je ressens lors d'une telle lecture, si elle savait !!

Je ne regarde pas la météo mon vieux Papa regardait la météo lui, pire il fallait qu'on se taise dès fois qu'il aurait loupé quelque chose... j'ai jamais trop compris, il n'était pas pilote de ligne et on habitait sur un quai avec la mer de la Manche pour voisinage alors si le vent était de Noroît et il l'était au trois quart du temps, eh ben il pleuvrait sûrement, il le savait... mais il fallait que la télé le lui rappelle.

Le temps qu'il fait, ça me semble être un élément important dans la journée, beaucoup se fient aux statistiques j'en connais un qui me répète régulièrement que chez lui il y a le même ensoleillement qu'à Nice, il le sait il l'a lu... je connais bien ce type  je l'apprécie il ne ment pas  il est convaincu il y croit à la stat' qu'il a relevée un jour sur l'historique de Météo France un jour, une semaine, un mois ou une année dans son petit coin du finistère sud il a fait "plus beau" qu'à Nice. Ce chiffre lui sert de référence, c'est bien... Je n'ai pas tout à fait le même ressenti lorsque je vais chez lui, mais je chicane, je chicane.

Choisis-tu le restaurant où tu vas déjeuner d'après les avis des internautes, où le film que tu vas voir au regard des critiques des abonnés du net ? Moi-même ici je donne mon avis sur tel livre, je te propose de regarder "L'amour est dans le pré" ou de t'offrir une croisière entre Soulac et Royan mais on se connaît un tout petit peu tu sais mes outrances, peut-être n'es-tu pas insensible à mon humour... on peut partager le même ressenti ou le rejeter, rien de scientifique.

L'autre jour Mahie râlait (si, elle râlait) contre son GPS qu'elle avait suivi aveuglément, le GPS avait raison c'était bien le trajet le plus court, c'est la douleur au genou de la Dame qui déconne pas le GPS... question de ressenti !

Tu la ressens ma difficulté à terminer ce putain de billet... dis, tu la ressens !?!

 

Posté par Bleckattitude à 09:18 - - Commentaires [17] - Permalien [#]