Bleck attitude

12 janvier 2018

L'héritage...

 

 

L'autre soir sur une chaine télévisuelle nous avons apprécié une émission ayant pour thême l'héritage, quatre situations quatre histoires de déchirures humaines, entre des terres agricoles à partager et la douleur de trois frêres qu'un héritage a séparé à jamais... c'est un peu con.

IMG_4068

Juin de cette année, vingt ans que Maman est morte. René quelques années plus tard. Avec ma petite soeur toute bleue nous avons hérité puisque ça s'appelle comme ça, nous nous sommes partagés sans heurts, sans cris, sans pleurs ce que nos parents nous ont laissé. Des valises de photographies et de la vaisselle deux ou trois beaux meubles, le résultat de la vente d'un petit appartement et une automobile fatiguée quelques beaux bibelots une éducation permissive, respectueuse et des brassées de tendres souvenirs, un héritage.

Après une certaine adaptation je n'ai conservé qu'une armoire, jeté beaucoup de photographies, utilisé le résultat de la vente et chaque jour j'utillise une vieille cuillère en bois oh nous possédons beaucoup d'articles de cuisine en inox, il y a aussi ce produit Italien très épuré dessiné par Starck, les spatules siliconées... j'utilise cette vieille cuillère en bois, très souvent je pense à Maman je l'ai tellement regardée touillant le riz au lait, nous servant les oeufs à la coque. Elle est chouette ma vieille cuillère en bois, mon héritage.

 

Posté par Bleckattitude à 17:05 - - Commentaires [25] - Permalien [#]


10 janvier 2018

Meuh dis-donc...

 

 

 - Sous-Titre : Va pas la tête...

 

 

N'habite jamais à côté d'une poste... jamais, sauf si tu apprécies d'être réveillé à 5 heures du mat' par des chariots de métal brinqueballants. Près de l'abattoir c'est comme à côté d'un hopital ou de la morgue c'est pas fainguechoui !

T'as le terrain de boules qui fait chier pendant la sieste ou les soirées d'été ils ne peuvent s'empêcher de toquer les boules l'une contre l'autre. Évitons la proximité de la bretelle d'autoroute, la caserne des pompiers et le système de lavage des automobiles. Dans ma jeunesse toute jeune j'ai tenté la rue piétonne, c'est aussi insupportable qu'un appartement ouvert sur la plage centrale au mois d'aout.

La proximité d'un stade peut être jouable à l'extrême limite, pas celle d'un aérodrome d'un centre commercial ou d'une salle de concert. Ton voisin immédiat a une piscine et de jeunes enfants, des chiens, est collectionneur de véhicules hors service... fuis. La proximité immédiate d'un centre pénitentiaire peut irriter, un garage de réparations automobiles, exclu de la même manière qu'une chocolaterie ou le laboratoire d'un boulanger.... je te parle pas de la déchetterie ou du camping municipal ou de toute église, de la SPA  hein... hein !!

La femme que j'aime aurait apprécié le voisinage d'une école... je m'en passe très bien.

Posté par Bleckattitude à 12:36 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

09 janvier 2018

Alors...

 

 

 - Sous-Titre : Heureux...

 

 

Ce n'est pas de ma faute j'aime ma femme. C'est à dire que j'aime ma femme parce que j'aime les femmes, aucun mérite ça m'est tombé sur la gueule comme ça, un grand coup de bol... je ne déteste pas les hommes mais j'aime les femmes leur présence leur sourire les toucher leur odeur leurs manières discuter avec elles leurs courbes rire avec elles les effleurer les regarder et puis j'aime ma femme d'amour !

Alors tu vas me dire oui mais tu l'as bien cherchée, ce n'est pas faux je te dirais même que ça n'a pas été si simple. Bon, mais je l'ai trouvée, trouver c'est déjà pas mal mais ensuite si tu l'aime il te faut la garder, rien d'obligatoire mais ça peut aider pour la suite.

Et c'est là ou commence le vrai taf, c'est là où t'as un tout petit peu de boulot vois-tu, parce que satisfaire une femme, satisfaire une femme que tu aimes c'est une charge authentique... ah si, y a du taf !

Il y en a qui ont laissé tomber l'affaire depuis un bail, qui se sont crus capables de se débrouiller seuls et puis paf, une autre femme... du taf pareil ! Pas forcément le même genre de taf mais des putain d'efforts à fournir... s'aimaient pas suffisemment tu vas me dire, pas si évident... il y a de ça probablement mais tout de même satisfaire une femme ce n'est pas facile.

C'est à peine croyable je suis aimé par la femme que j'aime, ça ne doit pas être simple pour elle...

Posté par Bleckattitude à 09:44 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

07 janvier 2018

Nui...

 

 

- Sous-Titre : Sibles...

 

Pour la soirée du 31 nous étions invités à réveillonner chez un couple de nouvelles connaissances nous étions dix convives chacun avait apporté qui, le Champagne, qui le fromage etc... chacun d'entre nous a vécu une première expérience, en effet, quelqu'une avait apporté une boite de sauterelles grillées, nous les avons mangées... enfin la plupart d'entre nous en a goûté, notre hôte nous a révélé aujourd'hui quelle avait retrouvé plusieurs sauterelles grillées* sous le tapis... en ce qui me concerne j'en ai mangé trois dont la première sans l'observer puis j'ai regardé attentivement les bestioles avant de croquer les deux autres : aucun intérêt gustatif en ce qui me concerne alors je me suis vengé reprenant des huîtres.

Habituellement, ce que nous nommons communément les fêtes de fin d'année m'ennuient, cette fois j'ai apprécié j'ai surtout aimé la soirée du 3 janvier parce que le 3 janvier c'est la date anniversaire de la femme que j'aime, le 3 janvier... jamais de toute notre vie de couple nous n'avions fêté son anniversaire, jamais.

Oui, mais en 2018 c'est une dizaine qui a été incrémentée et j'ai eu envie de lui préparer une fête.

Pas simple de faire déplacer et de motiver des gens qui n'ont pas encore roté leurs dernières bulles, mais finalement je crois que c'était assez réussi et le femme que j'aime était satisfaite.

J'ai tout de même mis trois jours a récupérer entre rengement de la maison, nettoyage et fatigue accumulé mais allez hop,  les trop de goinfreries sont terminées, attendre que cette putain de pluie veuille bien cesser et nous allons reprendre nos bicyclettes et nos randonnées pédestres mais ce n'est pas demain que je vais me mettre aux nuisibles...

 

 

 

*Pastelle :  tu ne vois pas les sauterelles, c'est normal, je n'ai pas photographié les sauterelles.

Posté par Bleckattitude à 22:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

04 janvier 2018

Explication de texte...

 

 

Il est tout à fait possible que tu sois un lecteur occasionnel ou bien un habitué de ces (superbes) lignes, il est possible que tu aie lu ce (délicat) Bleck Attitude pour la première fois et que tu aies laissé une trace de ton passage, comme ça naturellement, par réflexe.

J'ai mis à la poubelle ton commentaire et c'est dommage. J'ai supprimé ton message puisque mon (tout petit) Bleck Attitude est victime de ce que beaucoup appellent un (ou des) trolls en ce qui me concerne je ne nomme même pas "ça".

Bien qu'ayant un tout petit peu d'expérience je suis toujours surpris de ce genre d'attitude mais ça existe, ça existe ce plaisir malveillant à s'attaquer à autrui à insister, gratuitement.

Je ne suis pas le dernier je me suis même fait une spécialité d'aller commenter en forçant sur la provocation ma démarche peut irriter  mais je la signe et quand il m'est arrivé de me faire virer, je respecte le taulier ça me semble être la moindre des choses.

Voilà, maintenant je supprime les commentaires d'inconnus sans lien, non identifiés. C'est la première fois que je suis confronté à ce problême.

Passez une excellente journée.

Posté par Bleckattitude à 09:54 - - Commentaires [26] - Permalien [#]


01 janvier 2018

Image du jour...

 

 

 

Quelque part sur la côte Atlantique seul face à mon clavier je regarde à l'extérieur, le ciel alterne entre un noir profond et un soleil radieux le vent fou chasse les nuages à une vitesse folle les pins grincent mais ne rompent pas pour l'instant... la pluie tombe drue entraînant avec elle des tonnes d'éguilles de pin et de branches, tout à l'heure nous avons eu le droit à un violent orange.

Etre à l'abri et regarder les éléments déchaînés me plaît. Ayant plublié ce billet je vais prendre la direction d'un bord de plage et aller admirer à marée haute les vagues se déchaîner et bouffer un peu plus le littoral.

Nous sommes le premier janvier 2018, les éléments se foutent totalement d'un changement d'année, la terre se moque de nos petites résolutions ou de notre mal au foie.

1966, formidable. J'ai aimé 1973 et 1976, je me souviens assez peu de 1978. J'ai adoré 81, 1982 et 1986 la décennie 90 a été géniale. 2012 a été moyenne mais c'est vachement bien terminée... depuis 2016 je vis un rêve j'espère le continuer en 18.

A chacune et à chacun d'entre vous je souhaite une excellente journée et beaucoup de douceurs.

Posté par Bleckattitude à 15:58 - - Commentaires [30] - Permalien [#]

23 décembre 2017

Ext-ce que je peux me permettre...

 

 

 - Sous-Titre : Vous souhaitez utiliser les toilettes...

 

 

 

Il y a des jours comme ça. Des jours où tout glisse, où le verre est à moitié plein, où c'est facile, des jours où tout vous sourit c'est comme ça, il faut savoir saisir le moment.

C'était hier un vendredi ordinaire ou presque puisqu'il s'agit de quelques jours avant noêl, je passe l'après-midi dans le coeur de Bordeaux je ne suis pas là pour acheter juste me promener le nez au vent, curieux de croiser une foule de gens affairés à faire chauffer la carte bancaire, un vendredi de fièvre acheteuse un jour ou mieux vaut ne pas compter...  je n'ai pas compté mes kilomètres, les sourires des Dames en cachemire croisées aux Grands Hommes et les café brûlants engloutis pour me réchauffer.

Alors que je descends la rue des Remparts une toile m'interpelle dans la vitrine de l'Espace 57, une sorte de descendant de philippe Gueluck m'interpelle avec l'accent Italien "cé moi l'altisssté" (je suis assez satisfait de mon accent Italien) Ok, nous entrons dans la galerie associative et je vais passer un moment formidable. Jonathan est peintre, mieux que peintre Jonathan bricole sur une toile son imagination est débordante, entre peinture et collages entre réalisme et poésie entre puzzle et cartes jouer, entre insertion d'objets divers sans oublier de belles louches d'humour et un soupçon de message politique... Jonathan est un Artiste.

Le garçon est Italianoportugalogermanicofrançais jonathan Grego, un mec bien.

Alors que j'entre à nouveau dans la galerie avec l'intention de lui demander si je peux écrire ce billet, surpris par l'allure de mon pas et le début de la phrase  "Est-ce que je peux me permettre..." il m'interromp et me dirige vers les toilettes... devant la méprise on part tous les deux dans un fou rire et je lui indique que c'est ce quiproquo qui sera le titre du billet le concernant, c'est fait !

Posté par Bleckattitude à 19:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]

18 décembre 2017

En plus il y avait des bigorneaux...

 

 - Sous-Titre : Dans la catégorie : Humeurs...

 

 

20171207_160337_resized

 

 

Depuis plus de dix ans que j'honore Canal Blog de la présence de ce superbe Bleck Attitude, je me dois de remercier l'ensemble de mes commentateurs, je suis chanceux. A la "grande époque" blogative je n'ai jamais eu foule de commentateurs loin de là, il faut dire que je n'ai jamais trop fait d'efforts pour les retenir ou les attirer, pourtant vous êtes toujours là. Oh naturellement il y a du renouvellement, des défections beaucoup ce sont lassés, comme je les comprends. Mais globalement j'ai mes commentaires et surtout des commentaires de belle qualité.

 

20171207_162641_resized

 

 

 

Bien sûr je l'ai déjà écrit ici, je préfère souvent les commentaires aux billets et quelque soit le sujet du billet. L'autre jour sur le Blog d'une copine qui s'épenchait sur un sujet grave pour elle, un commentateur finissait un long commentaire avec ces mots "en plus il y avait des bigornaux" Le gârs venait d'écrire trois ou quatre phrases pondérées, respectueuses, on sentait le garçon à l'écoute il voulait soutenir, aider la fille et il clôt son com' d'un "en plus il y avait des bigorneaux"  pour moi, ça vaut largement un "j'ai repris deux fois des moules" de pierre Desproges, er pas que pour la raison que j'apprécie particulièrement les produits de la mer, c'est beau !

 

Ensuite vient le degré d'application dudit commentaire il nous est proposé de lire parfois des commentaires d'une audace fulgurante, mais en fait je ne sais pas si c'est toujours avec une nette volonté humoristique, ou si je dois prendre le truc au premier degré parfois c'est vrai c'est fulgurant  j'ai peur.

 

 

Posté par Bleckattitude à 16:35 - - Commentaires [35] - Permalien [#]

07 décembre 2017

Derrière la grille...

 

 

 

20171207_161024_resized

 

 

Un peu avant 8 heures sur la page d'accueil de France Inter "Journée spéciale Johnny Hallyday" oh 'tain, je mets le son et c'est à l'imparfait que j'entends léa Salamé parler du chanteur... putain de journée, dehors le soleil ne se lève pas, il fait très froid le midi on allume la télévision un type arrive à Marnes la coquette  vêtu d'un blouson noir il brandit une sorte de drapeau à l'effigie de son idole et il répond "Pourquoi je viens là, pourquoi je viens là..." mais sa voix est cassée par la douleur... Je regarde la femme de ma vie sans un mot des larmes coulent sur nos joues, c'est comme ça.

 

20171207_162641_resized

 

Fin juin 2009 je suis aux abords du stade Chaban Delmas à Bordeaux j'y resterai jusqu'à la fin du concert, je n'ai pas acheté de billet d'entréee je suis là pour assister au spectacle... de la sensiblerie, du voyeurisme de ma part peut-être. Des cabanes à frites le long du boulevard comme pour une finale de la coupe de france, des Harley garées partout des semi-remorques, des jeans et du cuir, des montagnes de saucisses et de canettes de bière et tout à coup une clameur comme je n'en n'avais jamais entendu c'est l'intro de là je ne vois absolument rien de ce qui se passe à l'intérieur alors je fais le tour du stade et par l'arrière dos à la scène je peux voir une partie de la machinerie qui amène l'idole sur la scène le son est lourd, la rythmique implacable et la clameur toujours er encore. Nous sommes quelques dizaines là... et je remarque cette femme à deux pas, elle empoigne de ses deux mains les montants de la grille qui l'empêchent de profiter pleinement du rocker, ses lèvres fredonnent la chanson hurlée par son Johnny cette femme très modeste est complètement absorbée par l'instant, elle vit quelque chose de très fort il est certain qu'elle est très loin de pouvoir s'offrir le prix du billet d'entrée mais elle est là, pour lui pour elle.

Johnny Hallyday est mort au-delà de sa famille c'est pour ces centaines de milliers de fan les pas riches du tout, les tatoués, les sans-grades, les humbles, ses authentiques fans je suis triste pour eux.

Posté par Bleckattitude à 17:52 - - Commentaires [29] - Permalien [#]

05 décembre 2017

Bonne fête Paulette...

 

 

  1. Des boissons alcoolisées (bière, l'été du Ricard, l'hiver du Porto plus exceptionnellement Champagne ou Américano, du vin rouge de Bordeaux, vin Blanc du Chablis. Jamais de digestif) Thé et café à profusion. De l'eau plate.
  2. Etre habillé confortablement, souliers faiblement lacés.
  3. De quatre à huit convives, le top étant une table de six. Mixte, l'essentiel étant de ne pas se trouver exclusivement entre hommes.
  4. Peut importe le niveau social pourvu qu'il y ait mixité, on évitera le sujet politique, professionnel et religieux.
  5. Aucune musique d'ambiance, on évitera les écrans. Un feu de cheminée est bienvenu l'hiver. L'été déjeuner sur la terrasse dîner à la lumière de bougies. Le chant et la danse seront encouragés.
  6. Pas d'invitation plusieurs semaines à l'avance, je privilégierai toujours un repas suivant une visite à l'improviste. 
  7. Pas de menu compliqué, on commence plutôt par un apéritif suivi d'un plat unique. Plutôt un poisson au four, ou un plat mijoté ça peut être des pâtes/carbo. un petit salé aux lentilles, un couscous etc... les invités auront apporté des fleurs coupées ou une bouteille de vin ou une tarte pour le dessert.
  8. Les courts moments de silence sont appréciés, on tente d'écouter celle/celui qui s'exprime le moins, il est possible de calmer les plus grandes gueules.
  9. Juste après le repas il est agréable de "casser le groupe" par exemple au moment du café, pour se retrouver par deux ou trois juste à l'écart des autres pour un moment de discussion un peu plus personnel, un peu plus intime.
  10. C'est une tranche de vie qui ne dure pas des jours et des jours, disons entre trois et quatre heures en tout et pour tout, de l'intensité et lorsque l'ambiance retombe surtout ne pas tenter artificiellement de remettre le couvert en changeant de lieu ou en rejoignant d'autre personnes, c'est fini on se sépare.
  11. Le service n'est pas assuré, les plats sont posés sur la table et chacun se sert. Du pain mais pas de corbeille à pain.
  12. Les participants doivent être "bon public" les sourires, les rires seront de rigueur pourtant aucune "tête de turc" nous sommes entre gens civilisés, certes il y a alcool et convivialité mais nous avons de la tenue.

 

 

Dans cette liste, non exhaustive, je cite mes préférences pour la réussite d'un bon moment autour d'une table, ces critéres qui sont les miens je ne les retrouve pas pour ce qu'on nomme les "fêtes de fin d'année".

 

 

Chez Louisianne, j'indiquais tout à l'heure que par expérience je pouvais parler de dîner particulièrement réussi, je peux également parler de dîner particulièrment ennuyeux... c'est fait.

Posté par Bleckattitude à 00:09 - - Commentaires [33] - Permalien [#]