- Sous-Titre : Pas forcément celle de multiplication, mais celle qui me paraît être la plus agréable pour un dîner entre copains, mais c'est vrai qu'il y a tout de même un rapport indirect avec la table de multiplication... 

 

 

Voilà plusieurs mois nous étions invités chez Nicole et Pierre afin de partager le fruit des efforts dudit Pierre grand chasseur de champignons devant l'éternel. Françoise et Jacques se sont joint à nous.

La scène se déroule dans une confortable échoppe entre Bordeaux et l'Entre-Deux-Mers après une verrine accompagnée d'un verre de Barsac bien frais nous somme passés à table, le feu crépite dans la cheminée centenaire Pierre pose sur la table nappée de blanc une généreuse portion de cèpes aux oeufs brouillés un flacon de Pessac-Léognan rétabli le silence, chacun est occupé à se restaurer la discussion peut attendre le fromage...

C'est le moment où je pose la question qu'il ne fallait pas poser, question bien innocente pourtant : "Et cette voiture, quand-est-ce qu'on vous la livre... depuis le temps que vous nous en parlez..."

Au regard échangé entre Nicole et son mari, je sais que j'ai dit une connerie !

 (la soirée se passe chez des enseignants Monsieur est professeur de mathématique dans le plus réputé lycée de la métropole, Madame est directrice d'une école maternelle leurs enfants sont enseignants tout comme feu leurs parents étaient enseignants, les deux frères de Nicole sont prof' de fac'. Jacques était commercial sa femme comme la mienne est professeur des écoles je tiens à préciser que nos deux femmes sont professeur des écoles... c'est à dire que c'est comme ça qu'elles gagnent leur vie, assez bien en fait, c'est l'activité professionnelle qu'elles assument au mieux avec tous ses aléas, les syndicats ne sont pas leur structure corporelle la pédagogie ne fuit pas au travers de chaque parcelle de leur peau, ce sont des institutrices."

Après plusieurs hésitations Pierre se lance (tiens, "pierre se lance"... Pierre se lance... ... tu t'en fous, bon !) Pierre nous raconte avec force détails "sa galère" : ils ont commandé une voiture neuve, alors je vais essayer de te faire court, décision d'achat de la caisse après avoir fait un comparatif de folie pour un modèle choisi d'après des critères structurelo-socio-écolo-localo-économiques une véritable étude digne d'un professionnel usant de tous les leviers en sa possession, ensuite vient le choix de Madame la couleur, le tissus de sièges telle opition supplémentaire ok ? c'est bon ils se décident attention ils vont signer c'est si-gné !

Le soir même la tension est redescendue, Pierre se cale devant son PC son bon de commande sous les yeux il tape son code perso et découvre le processus de "suivi de commande"... au bout d'un moment quelque chose se fige dans le cerveau de mon pote "tain, les enculés !" (alors-là vois-tu je déconne je caricature... Pierre qui est un ami un pote un vrai, Pierre ne jure pas de la sorte... dans cette famille on a des principes on ne jure pas comme des charretiers.)

Le lendemain matin Pierre déboule dès l'ouverture à la concession automobile, j'ai bien dit dès l'ouverture il était même posté devant le garage avant l'ouverture des portes il nous l'a précisé... Le jeune vendeur n'était pas présent à ce moment là il est donc reçu par le responsable des ventes et il s'explique après qu'on lui ait offert un café "votre commercial a établi un faux... le bon de commande ne porte pas ma signature et la date de livraison a été changée !"

Alors c'est vrai, le jeune commercial (un tout jeune commercial encore en alternance) a commis une erreur il a bien rappelé son client afin de le prévenir d'un petit écart de date de livraison mais il n'a pas fait remplir et signer un nouveau bon de commande à notre copain le stakhanoviste de la procédure pardon, à son client.

Le racontage a duré un certain temps et je vous ai fait grâce de détails je vous le promets, Pierre n'a pas été interrompu à un moment j'ai tout de même demandé si le délai de livraison était un inconvénient pour eux "non absolument pas, mais je suis très ennuyé je ne peux plus faire confiance à une entreprise qui agit avec tant de légèreté !"

Au résultat, le jeune commercial à été mis à pied pendant trois jours, nos potes ont réceptionné leur voiture correctement ils doivent être surlignés comme supra-chiants de chez chiants dans tout le réseau commercial et je félicite grandement les vendeurs qui n'ont pas eu la grâce de leur accorder les meilleurs conditions de vente, ils ne savent pas à quoi ils ont échappé.

Cette tablée de six convives nous nous fréquentons depuis plus de 20 ans Le Jacques est mon meilleur pote celui avec lequel j'ai le meilleur feeling, mercredi on est allé manger un petit frichti à Lacanau on ne  s'était pas revus tous les deux depuis cette soirée et on s'est remémorés cette anecdote... Pierre est un bon copain, quel angoissé de la vie un pénible de première classe !