Aujourd'hui je ne suis pas tranquille, quelque chose me tirlipotte le tirlipon, grave.

Je ne suis pas d'un naturel inquiet alarmiste et peureux mais vois-tu il y a des signes que me tracassent je ne parle pas de ces grands mouvements de masse, de ce qu'on peut lire sur le net ou ailleurs, des alertes postées par les mouvements survivalistes ou autres.

Nous habitons un petit coin peinard, loin très loin de l'agitation nous sommes mi-juillet et même si j'ai laissé mes spots favoris de buveur de café-liseur de journal- regardeur de l'autre aux touristes, ce qui me semble la moindre des choses il faut partager eh puis "ils" n'ont qu'une semaine ou deux devant eux il me semble sain de leur laisser la place.

Toutefois je circule je vais faire les courses, nous allons à la plage je fais du vélo on marche bref j'observe quand même "l'autre" et bien dis-donc "ils" me donnent l'impression d'être de plus en plus fatigués, énervés, exigeants et à cran, ne supportant aucune frustration... en deux jours, je dis bien en deux jours alors que je n'ai fait que passer dans notre petite ville j'ai vu une Dame avec béquilles se faire klaxonner hurler dessus parce qu'elle mettait un peu (trop c'est vrai) de temps à se garer sur une place handicapés. J'ai vu des piétons râler contre des cyclistes sur la voie partagée, des cyclistes râler contre des piétons sur la piste cyclable. j'ai vu deux couples s'engueuler pour une table en terrasse. J'ai vu deux Dames s'engueuler pour une place dans la file d'attente chez le poissonnier. A l'office de tourisme une jeune stagiaire c'est fait vertement reprendre parce que la marée est trop basse, que les enfants ne pouvaient pas se baigner quand "ils" le voulaient !!!

Entendons-nous bien, ce que je raconte est d'un classique absolu seulement ici, on est dans un petit coin peinard toute l'année, loin de l'agitation des plages ultra touristiques, c'est une station balnéaire certes, mais familiale pas de frime bien que l'on soit juste à côté du cap Ferret celà n'a rien à voir, loin de la vulgarité d'un Lacanau au mois d'aout...

Non "ils" sont frustrés, épuisés, tendus sans le sou... j'ai l'impression que ça va être moche bientôt, j'ai un peu peur...