- Sous-titre : La cuisine, pièce sacrée !

 

La cuisine pièce sacrée, pour moi... elle n'est pas la seule il y a les gogues également mais contrairement à ceux-ci notre cuisine est ouverte.

 

Si je vivais seul (mais je ne vis pas seul, j'ai ce bonheur et ne suis pas prêt à échanger.) si je vivais seul dis-ai je "t'ain le Bleck y va encore nous la jouer prolixe... je le vois venir avec ses arguments à la con et je t'en rajoute et je t'en rajoute et je je je je je je je je je je je je je je je je... pfffeeeeeee... enfin, tant que c'est pas chez moi encore..." la cuisine serait la seule pièce à vivre où tout serait mêlé cuisine bouquins que je ne lis jamais téléviseur radio ordinateur Chesterfiels en cuir rouge chat sur le pouf noir enfin la totale tu vois...

Bon, en fait nous possédons plutôt une grande cuisine très lumineuse et visible de partout (même de la rue...) en fait par la baie vitrée ce sont nous qui voyons passer les passants qui passent rares, parce qu'ils ne re-passent pas... les passants... bon, je passe !

La cuisine c'est le foyer c'est là qu'on se dispute, que l'on vit, que l'on discute avec deux potes, avec un enfant "un enfant, un enfant de toi sans êtres mariés, un petit bébé, tiens si on le faisait"... et la galère commence ! c'est là qu'on prend les décisions importantes, qu'on téléphone tout en touillant l'eau du riz (à ne jamais faire... tu fais bouillir ton eau, une pincée de gros sel, t'ajoutes tes 300 grammes d'un bon riz Basmati et tu le laisse tranquille pendant 11 minutes, ne jamais remuer le riz bordel !!) qu'on ouvre le courrier même si le bureau est à moins de sept mètres, etc etc etc... C'est la pièce sacrée !

Notre cuisine c'est toujours un cirque pas possible, des pommes, quelques légumes, un pot de persil celui de basilic l'été, le bouquet garni l'hiver deux ou trois éléments de vaisselle qui traînent, les cuillères en bois, le masque de plongée pour éplucher les oignons tiens, deux ou trois oignons dont un toujours entamé, quelques noix qui traînent deux torchons (pas toujours très propres...) les croquettes de Jap" Rupson, un grand évier à deux bacs (pas toujours très sale...) la radio, les médic (non, j'ai rangé les médicaments... si !!) bref un cirque pas possible, quoi.

Je suis souvent épaté lorsque je rentre chez des quidams à l'improviste hein pas lorsque t'es invité hein... quoique ! quoi que !! Et que t'aperçois la cuisine... nette ! Rien ne dépasse pas l'odeur d'un morceau de boudin en fin de cuisson pas une gouttelette d'eau sur le plan de travail en merisier du japon acheté très cher chez Mormoil... net !

Chacun fait ce qu'il veut hein, je ne critique jamais qui que ce soit hein, pas moi hein... mais bordel comment y font ?? Ah j'oubliais l'ouvre boite et le micro-ondes... fais-moi penser à acquérir un micro-ondes !