20171207_161024_resized

 

 

Un peu avant 8 heures sur la page d'accueil de France Inter "Journée spéciale Johnny Hallyday" oh 'tain, je mets le son et c'est à l'imparfait que j'entends léa Salamé parler du chanteur... putain de journée, dehors le soleil ne se lève pas, il fait très froid le midi on allume la télévision un type arrive à Marnes la coquette  vêtu d'un blouson noir il brandit une sorte de drapeau à l'effigie de son idole et il répond "Pourquoi je viens là, pourquoi je viens là..." mais sa voix est cassée par la douleur... Je regarde la femme de ma vie sans un mot des larmes coulent sur nos joues, c'est comme ça.

 

20171207_162641_resized

 

Fin juin 2009 je suis aux abords du stade Chaban Delmas à Bordeaux j'y resterai jusqu'à la fin du concert, je n'ai pas acheté de billet d'entréee je suis là pour assister au spectacle... de la sensiblerie, du voyeurisme de ma part peut-être. Des cabanes à frites le long du boulevard comme pour une finale de la coupe de france, des Harley garées partout des semi-remorques, des jeans et du cuir, des montagnes de saucisses et de canettes de bière et tout à coup une clameur comme je n'en n'avais jamais entendu c'est l'intro de là je ne vois absolument rien de ce qui se passe à l'intérieur alors je fais le tour du stade et par l'arrière dos à la scène je peux voir une partie de la machinerie qui amène l'idole sur la scène le son est lourd, la rythmique implacable et la clameur toujours er encore. Nous sommes quelques dizaines là... et je remarque cette femme à deux pas, elle empoigne de ses deux mains les montants de la grille qui l'empêchent de profiter pleinement du rocker, ses lèvres fredonnent la chanson hurlée par son Johnny cette femme très modeste est complètement absorbée par l'instant, elle vit quelque chose de très fort il est certain qu'elle est très loin de pouvoir s'offrir le prix du billet d'entrée mais elle est là, pour lui pour elle.

Johnny Hallyday est mort au-delà de sa famille c'est pour ces centaines de milliers de fan les pas riches du tout, les tatoués, les sans-grades, les humbles, ses authentiques fans je suis triste pour eux.