- Sous-Titre : Le plaisir...

 

Le réveil à sonné à sept heures, des mois et des mois qu'une telle saloperie ne nous était pas arrivé, bref. Un petit déj' vite avalé et nous prenons la voiture pour faire les quelques dizaines de kilomètres qui nous séparent de la Teste-de-Buch aujourd'hui nous aidons un nouveau couple de copains à s'installer.

Nous sommes trois hommes dans le camion de location après avoir rempli à la va-vite les premiers meubles, les plus lourds sans précautions de chargement parce que la distance entre les deux lieux de déménagement est idéale, une demi heure de route c'est à dire suffisamment courte pour faire un maximum de rotations et suffisamment longue pour se détendre une demi heure et faire connaissance...

Le climat est absolument dégueulasse dans la journée nous aurons cumulé le froid, le vent et la pluie et quelques averses de grêle... dégueulasse après trois allers retour il est quelques chose comme 14 heures on a pas pris un seul café le camion est plein et Romain propose une pause déjeuner, il n'aura pas le temps de se répéter.

20170113_174439_resized

Nos femmes nous attendent dans la nouvelle maison, le poêle ronronne la table est mise et les mets bien que très simples nous attendent en quantité, une première bouteille de Champagne est appréciée et puis les rillettes et les Pizza nous remettent d'aplomb tandis que les vêtements séchent et que nos vieux os se réchauffent. Pascal qu'on ne connaissait pas la veille nous raconte sa vie professionnelle d'agent SNCF des anecdotes croustillantes et des histoires catastrophiques telles qu'on peut en vivre en une trentaine d'années passés auprès du public sur les rails. Les deux couples nouvellement reconstitués que nous avons face à nous racontent comment ils se sont rencontrès ce qui les a décidés à tout remettre en cause du jour au lendemain voilà très peu de temps, nous leur parlons de nos trente six ans de vie en commun ce qui étonne Pascal qui n'a jamais vécu plus de 5 ans avec la même femme lui qui était marin. Dehors la météo se déchaîne il est dix sept heures il nous faut décharger le dernier camion monter le lit et deux armoires trier quelques cartons on s'y met à une allure beaucoup moins productives, il fait nuit noire lorsqu'on se sépare après de grandes embrassades et des tapes dans le dos, on se revoit très vie !

J'aime beaucoup participer à un déménagement avec des gens qui savent vivre, une vraie corvée un véritable plaisir.