- Sous Titre : Et sans Drucker...

 

Voilà quelques temps nous sommes allés pour la première fois applaudir un concours de chant. C'était dans la salle communale d'un village voisin, c'était gratuit, il pleuvait on est entrés et je reconnais m'être assis dans les gradins le visage barré d'un sourire condescendant... sot que je suis, nous avons assisté à un beau spectacle !

La galerie de personnages était impressionnante de la petite môme de 8 ans très mignonne dans sa robe de princesse assurant son show  tout en gardant la délicatesse d'une enfant au géant quarantenaire interprétant "Unchain my Heart" et faisant se lever la salle entière. On a tout eu et même très peu de couacs, j'aurai longtemps en mémoire cet auteur-compositeur-interprète amateur venu délivrer sa douleur de l'aimée récemment emportée par ce putain de crabe, Lucie immobile face au pied de micro, pas encore 20 ans et balaçant "Allelujah" avec un grain de voix énorme, à cappela. Des voix énormes, ce type anxieux dans l'attente d'un résultat très aléatoire, des accompagnateurs enfiévrés, des ultra-sensibles, des hâbleurs, de l'émotion et des rires, un son très propre un présentateur bon-enfant, ce couple improbable... c'était vachement bien.