- Sous-Titre : Pléonasme...

 

Six mois de retraite... plus rien à dire à mes anciens collègues, je m'y attendais, mais à ce point. La semaine dernière Jérôme m'appelle et me demande si on peut se voir il est de passage en Gironde plutôt que de se taper une brasserie insipide (je connais le Jérôme...) je l'invite à la maison et du coup il n'est reparti que le lendemain, j'ai eu le temps de m'apercevoir qu'un monde nous séparait, j'ai tout de même écouté Jérôme !

Nous avons été collègues pendant 10 années habitant Montpellier il s'occupait de la partie Sud-Est de la France, il s'occupe toujours de la partie Sud-Est, plus la partie Sud-Ouest... c'est à dire qu'il se tape des trucs comme Poitiers, Lyon Nice et Pau mais également Limoges, la Roche sur Yon et Bayonne, Bordeaux Clermont Ferrand etc, etc, etc... Guéret également mais pas souvent.

Jérôme à 52 ans "ils" lui ont "proposé" le truc comme ça "on te retire les clients les plus exigeants en terme d'investissement temps, on te donne 250 Euros (brut) en + pendant six mois le temps d'équilibrer ton chiffre de toute façon ça va être facile Eric n'en branlait pas une (ce n'est pas faux) et t'as le droit à une nouvelle voiture de service (C4 2 places)."

Résultat le Jérôme est épuisé après seulement quatre mois de route. Son CA est nul (les clients les plus exigeants en terme d'investissement temps ben... c'est eux qui rapportaient le plus ce sont les seuls dont je m'occupais (un peu...) et aujourd'hui ils sont traités directement par la direction ! Le Jérôme se tape la route pour distribuer des prospectus et se faire engueuler parce que tout le monde les a laissés tomber depuis dix ans, le Jérôme se fait engueuler par la boite parce qu'il fait trop de frais de route il vient de recevoir un courrier recommandé le vendredi lorsqu'il est aux antipodes il doit prendre l'avion où le train pour aller rejoindre ses pénates et repartir dès le lundi !

Jérôme se demande s'il n'est pas mal barré d'avoir "accepté" le cadeau... Je l'ai écouté le Jérôme sans trop en rajouter, il est reparti j'ai tourné les talons je suis allé marcher pendant deux petites heures l'air était vif les pins murmuraient sous cette brise de début octobre j'ai respiré profondément au loin les passes au delà du banc d'Arguin grondaient déjà... je n'ai plus rien à dire à mes anciens collègues.