"Rdv à midi, vous verrez ce sera très sympathique, même si vous ne connaissez pas grand monde..." Nous sommes invité à boire un verre pour fêter le mariage d'un couple de copains/collègues de ma Douce, je les connais itou. La "cérémonie et tout le toutim" ont eu lieu voilà quelque chose comme deux semaines, bref on se pointe à midi trente avec nos gueules d'amour deux bouteilles de Champagne et notre sourire le plus urbain.

Faisait un temps superbe nous sommes restés dans le jardin, une vingtaine de clampins dont les deux tiers cachetonnent à l'éducation nationale (que du beau monde, hein hein !! du beau monde.) Sur la table nappée de blanc quelques centaines d'amuse gueule de bon aloi "qu'esssss'tu bois, une sangria..." va pour la sangria qui précède un Pineau blanc, deux coupes de Champagne suivront... bon bon bon... à peine deux heures plus tard, les deux tiers de la populace se sont tirés (c'est à dire ceux qu'étaient là parce que si on y va pas, ça va pas l'faire et pis ceux qu'avaient piscine et pis ceux qu'étaient équipés de petits  anges...)

José s'engouffre non sans m'appeler "viens m'aider !" trois minutes plus tard on ressort les bras chargés de bouteilles de vin de Bordeaux re-aller et retour avec des sièges et nous voilà à six ou huit au soleil les quiches sont finies depuis un bail et les bouteilles se vident, du nectar (faut dire qu'on est dans le Médoc, en fin d'année lézinstit se retrouvent facilement avec une quinzaine de boutanches et que de l'excellent, souvent très souvent.) Ecoute, écoute étoute alors là je vais te faire une déclaration solena saolan... attends, attends... sol... sola, sola-naille bon, enfin je vais te parler les yeuxdanlézieu... j'aime bôcoup ton vin rouge.

Ce n'est pas vraiment dans mes habitudes je suis plutôt du genre discret... non pas vraiment discret tu aurais du mal à le croire n'est-il pas. Non simplement quelqu'un de raisonnable question consommation d'alccol mais là, non ! Je me suis penché à l'oreille de la femme que j'aime et je lui ai confirmé que oui, aujourd'hui je buvais !

Il faut dire que côté José et son épouse, la pression était totalement retombée... à un moment je me mets à fredonner un très vieux titre de Tiéfaine mon José se cale nous voilà hurlant "la fille du coupeur de joint" forcèment ça fuse sur d'autre trucs un peu plus cons un peu plus avinés... On est partis les derniers sur les coups de 18 heures, après un litre de café... je n'ai pas conduit.