Oui c'est vrai il a fait chaud, oui c'est vrai on a croisé deux connards, oui c'est vrai on a payé une bouteille d'eau de source deux Euros et cinquante centimes, c'est vrai.

Il a fait très chaud oui, mais c'est un peu ce que nous allions chercher et puis il y a toujours une petite brise qui rend la chaleur agréable et puis c'est une chaleur plus saine que la chaleur Bordelaise, l'atmosphère est plus séche. Nous avons croisé deux connards, oui mais c'est très peu et puis nous avons croisé, discuté échangé avec un tas de personnes très sympathiques sans les compter. Nous avons payé une bouteille de flotte fraîche  plus de deux Euros sur le port de Calvi oui, mais c'est de ma faute j'aurais dû prendre mes précautions et remplir des bouteilles d'eau fraîches ainsi je ne me serais pas fait blaireauter et puis voilà !

Quatre jours avant de partir, je croise une connaissance nous parlons des semaines à venir... "Oh, tu pars en Corse j'en reviens tout juste oh, tu pars au mois d'aout t'as pas peur dis-donc... Oh, tu vas dans le Sud éh bé vous n'allez pas être tous seuls crois-moi... J'espère que t'as fait des économies oh que c'est cher, mon Dieu..."


Et crois-moi, cette connaissance n'est pas la seule a véhiculer ce genre d'opinion...

Voilà 6 ou 7 ans nous avons passé deux semaines au mois d'aout dans les environs de Bastia, l'année dernière François a tenté une saison en tant que serveur dans le sud de la Corse et ça c'est très mal passé. Notre séjour à Bastia nous avais laissés sur notre faim...

Cette fois, c'est carton plein que du bonheur, des paysages à couper le souffle c'est presque trop beau voire insultant pour certaines autres régions... tu passes un col, un virage, un village et paf un paysage te saute au visage, des plages de galets ou de sable fin ou de sable grossier une eau de baignade à plus de vingt cinq degrés et transparente des poissons à trois mètres du bord. Des bois d'Eucalyptus, la senteur du maquis, la fraîcheur d'une forêt de chênes ou le clapotis d'un torrent de montagne... Trop de touristes ? Nous avons passé une après-midi sur une (très petite) plage de sable fin seuls, elle et moi, seuls ! Nous n'avons subi la surpopulation que lorsque nous sommes allés volontairement dans la gueule du loup exemple : Ajaccio le samedi ou encore entrer dans le sublime port de Bonifacio à 12 heures trente sinon aucun bouchon routier pas de plages surchargées de l'animation, beaucoup d'animation aucune contrainte nous avons trouvé un hôtel dans Calvi sans réserver le 7 aout par exemple... La Corse nous y retournerons dès que possible c'est à dire dès que possible.

Demain, je te parle d'un petit déjeune sublime... Demain !