Impossible de citer un tube de l'été.

Je peux te citer une galette qui m'a littéralement scotché il ne s'agit pas des Beattles il ne s'agit pas de Bashung il ne s'agit pas de Ferrer il ne s'agit pas de Ten years after il ne s'agit pas de Dutronc il s'agit d'un disque que j'ai trouvé un jour alors que je m'ennuyais ferme au troisième étage du  quai de Caligny à Cherbourg, dans la chambre de ma cousine (qui ne m'a jamais montré sa petite culotte... non, je ne le regrette pas.)

J'ai 11 ans nous sommes à la fin de l'année 66 ou début 67 j'ai entre les mains une pochette de trente-trois tours et pas de tourne disques... La photographie de la pochette est quelconque un effet flouté du visage du chanteur, je m'en fous. Le dos de la pochette me saisit le chanteur est photographié en pied adossé a une cabine de téléphone Britannique, des boots noires un pantalon à fines rayures, un pull à col roulé... Le chanteur à la morgue et l'assurance d'un voyou chicos, tout ce que je voudrais être et que je ne serai jamais... je lis chaque inscription sur la pochette, les paroles de "la génération perdue" le lieu d'enregistrement, je sors la galette insérée dans un léger écrin de papier de soie je regarde le tout avec attention quasiment religieusement... Et ne l'écoute pas.

Bien plus tard je reviendrai sur mes pas et je prends le disque, je me revois dans ma chambre poser la galette sur mon tourne-disques il y est resté un moment, tu sais... J'ai appris les paroles par coeur, les cuivres les arrangement tout me paraissait nickel, j'aime le Halliday à partir de ce moment et j'ai gardé le disque.

 

Et puis ensuite après, le Mec qui faut absolument pas apprécier, il y a les Mecs qu'il est tout a fait possible de citer... Quand même... quelques années après le Johnny, je me retrouve dans l'appart. de cousins situé dans le 17 éme arrondissement dans le coin de la rue de Rome... les anciens vont faire les grands magasins et Michel pose sur la platine quelque chose de totalement inconnu... Un type chante divinement bien les guitares sonnent de façon démente j'ai en mémoire quelque chose qui me cloue absolument, ça fait un truc comme ça "See me, Feel me eeeee" Le soir même je persuade mes parents et nous nous retrouvons au Drugstore des Champs j'achéte "Tommy" et me laisse pousser les cheveux.