Le choix d'un restaurant n'est pas toujours aisé. En matière de restauration notre beau pays propose une quantité énorme d'échoppes, le choix est immense.

Que tu souhaites manger Turc, végétarien, Alsacien, chaud, Pakistanais, entrecôte frites, sur le pouce, façon bouchon Lyonnais, dans le noir,  au comptoir, Ardennais, dans ta bagnole, Chinois (non, pas Chinois faut pas déconner...), des frites "maison", mal, au coeur d'une librairie, une tartine, face à un concert de Jazz, liquide, sur une péniche, des pommes de terre farcies, fish and ship, un jambon/beurre/cornichons, des pâtes, dans une boite ou toute autre formuie, il est tout à fait possible de trouver ton bonheur.

Naturellement il y a le prix d'un tel choix, un repas au restaurant peut sembler cher... en ce qui me concerne je trouve que consommer une boisson quelle qu'elle soit dans un troquet coûte horriblement cher, déjeuner dans un bon rade peut être fait à un prix tout à fait correct en rapport au travail demander et la qualité du produit n'est souvent pas plus cher. (par exemple 11 euros cinquante un "repas" vendu dans le self de la grande surface du coin c'est de l'abus notoire tout y est moche et vulgaire, les produits n'ont aucun goût, le confort y est nul... et c'est tout le temps plein alors qu'à moins d'un kilomètre tu peux trouver un gentil troquet au service personnalisé et au plat du jour appétissant pour moins de treize euros.)

Ensuite tu as le restaurant pour son service, pour voir, pour inviter, pour le sourire du Patron, pour son parking, pour la tension du coup de feu,  pour toi tout seul,  pour être vu, pour déjeuner, pour le clafoutis de la Patronne (hein mon vieux Greg...), pour rencontrer tes potes, pour déjeuner avec la belle-mère (si elle paye c'est mieux...) pour la pause en semaine, pour séduire, pour se nourrir, pour faire des rencontres, pour satisfaire une habitude, pour la saint-valentin "là je peux pas... rien qu'à l'idée du resto le soir de la saint valentin... peux pas... ça a dû m'arriver hein...... mais peux pas", pour sa terrasse, pour la Daube du Chef, pour son tarif ou pour le plat de poisson du vendredi midi,  pour la gouaille du Louffiat, etc etc etc...

En France la restauration est une industrie me semble-t-il  ou chacun peut y trouver son compte.

J'aime manger au restaurant peut importe la spécialité de l'endroit,  je souhaite y trouver quelque chose en plus une authenticité, un zeste d'attention, un sourire appuyé, je veux bien payer soit mais pour quelque chose une certaine qualité dans l'assiette et puis un minimum d'échanges, de passion et je suis rarement déçu, il est vrai qu'avec l'habitude j'ai développé quelques antennes...

IMG_1700

"Le Sauve qui pleut" établissement situé quelque par sur le bord ouest du Cotentin, nous n'y avons pas mangé, mais la façon dont nous ont salué les deux employés qui fumaient une cigarette lors d'une petite pause, la décoration et puis cette auto-dérision dans le nom du troquet... j'en ai les papilles toutes excitées.