Ce matin va savoir pourquoi, je suis réveillé depuis quatre heures et demie... (moi, je sais parfaitement pourquoi, mais je n'ai pas ouvert un Blog pour pleurer sur mon sort de gros con repu.) Alors que, l'esprit absolument en éveil, je me tournais dans mon lit tel une chipolata sur le grill le peu de matière grise disponible était agité par un souvenir du début des années 80, non pas par "Dépppeche Mode" qui m'insupporte mais par une rencontre fortuite sur le parvis de Beaubourg un matin d'hiver.

En effet, j'ai découvert par cette fin de matinée, un vieil homme perché sur un banc plus une cinquantaine de quidams arrêtés là dans leur élan de glandage ou d'activité néo-professionnelle à l'écouter. Le vieil homme en question est habillé de noir, une barbe gris-blanche, une casquette à visière rigide vissée sur le sommet du crâne et puis sa bicyclette posée non loin de lui... Il parle, il vocifère, il utilise des formules à l'emporte-piéces ou l'humour grinçant tient lieu de fil rouge... je reste bouche bée ! Bien sûr, Parisien depuis une année maintenant j'ai pris l'habitude d'observer les hurluberlus qui hantent de leur magie le carreau des halles, mais là c'est différent quasiment magnétique, probablement lié à l'âge d'andré Dupont le genre de monsieur qu'on imagine plus facilement reclu face à sa télévision ou devant un énième demi dans un rade sans âme à râler contre les jeunes cons ! Le blème c'est que le jeune là sur la place c'est Mouna et il est loin d'être con.

Dix ans qu'andré Dupont alias Mouna Aguigui a tiré sa révérence. J'avais entendu une rétrospective en hommage du Monsieur chez daniel Mermet sur Inter (à ce propos Hees t'es gentil tu nous le laisses le Mermet, hein tu nous le laisse le Mermet avec toute sa mauvaise foi, ses excés n'y touche plus trop si c'est encore possible... Val s'il te plait !)

Drôle de personnage, mais drôle avant tout cet homme est un indigné, sa philosophie il la décline sur des idées généreuses d'anti-militarisme, d'anarchie et d'écologie et c'est un apôtre de la bon humeur ! Il est de toute les manifestations et bien avant 1968 dans les années 50 déjà il se fait remarquer par son aspect trublion. C'est tout de même le genre de type à organiser une manifestation dans les rues de la capitale avec comme slogan : "Nous sommes heureux, nous sommes heureux !..." Maginifique.

Des formules il en propose quelques gratinées :

- Le jour où un vélo écrasera une auto, il y aura vraiment du nouveau.
- Aimez-vous les uns sur les autres.
- La grossesse à 6 mois ! La retraite à 15 ans !
- Le régime est pourri ! criait-il dans la rue en agitant un régime de bananes pourries.
- Lisez le Mouna-Frères et retirez-vous dans un Mouna-stère où on boira de la li-mounade...

Mouna captivait son auditoire tout en balançant des poignées de graines pour oiseaux et il ajoutait : "Prenez-en de la graine !" Comment veux-tu aller bosser à classer des fiches dans une tour de la Défense quand tu as un tel spectacle dans la rue ?

Je me souviens également l'avoir vu chez Polac dans droit de réponse avec des mecs comme Cavanna, Renaud... C'était du caviar !! du caviar, je te dis. (attends, je te parle là du Renaud Séchan du début des années 80... pas le même, pas le même.)

Alors oui, on est en mai, joli mois de mai porteur de symboles, nous subissons paraît-il quelque chose comme une crise. Certains, beaucoup (soi-disant) regrettent les "zévènements" rêvent peut-être de chaos... Je regrette de ne plus voir, de ne plus entendre des personnages forts comme ceux que j'ai cités ci-dessus j'y ajouterais michel Colucci et pierre Desproges à titre d'exemple qui me viennent immédiatement à l'esprit.
_G7Q6106Alors voilà, une nouvelle génération de perfides poils à gratter agissent probablement, je ne sais, je ne veux peut être pas les entendre.

Et puis j'assume l'âge de mes artères, la tête bourrée de belles images désormais jaunies, fatiguer le clavier peut servir à ça également se remémorer de purs moments de bonheurs, de jolies ouvertures d'écoutilles (comme le dit un médecin de mes virtuelles connaissance)s et puis qui sait, peut-être avec vous croisé Sieur Mouna Aguigui vous également, je vous le souhaite !