DSCN2897 - "Si j'étais né en "97 au beau milieu, d'un champ de patates..."

L'autre matin, j'étais seul, fatigué là a attendre mon TGV qui me rapporterait tranquillement mais le plus rapidement possible (c'est qu'il a ses exigences le vieux Bleck !) à mon domicile. après une journée de réunion et une soirée dans un lieu prestigieux de la capitale de la Champagne j'ai peu dormi, j'ai bu beaucoup de ce breuvage doré et bullé... je suis fatigué, calme trés calme, satisfait de rentrer à la maison, j'aime cette sensation ou je suis seul, totalement assisté, mon billet dans la poche, rien à penser àlors mon esprit divague, une demi-heure devant moi avant de monter dans ce train rapide qui me laissera à la gare Saint-Jean terminus mais pour l'instant cette petite gare sortie de terre au milieu de champs de Colza, de céréales à pertes de vue pas une maison, la gare Champagne Ardennes est plantée là au milieu de nulle part... Je me suis accoudé à un garde fou et comme souvent je dévisage les inconnus... Ce couple la bonne trentaine, lui veille peinard sur les bagages posés à ses pieds, la femme avec un enfant dans les bras est chargée d'aller chercher le café il y a foule, il lui hurle "Prends-moi L'équipe... des clopes" pas un seul mot gentil, pas de formule de politesse, il laisse échapper leur fils ainé qui bondit dans les jambes de la mère, elle jette un regard froid à son mec (enfin, son mec, le père des enfants...) pas un mot sur le visage déjà fatigué où vont-ils ? chez les grand-parents... au Futuroscope, à Disneyworld en cette veille de long week-end ?DSCN2898

Plus loin, un groupe de séniors, pas de vieux cons, non tu sais le style 58-65 ans sac à dos léger, habillés sport et confort pas le genre à rouler en Porsche Cabriolet mais la carte bancaire à l'aise, sept à huit couples apparemment la gare est leur lieu de rendez vous la poignée de main, la bise est franche et réellement conviviale je ne saurai pas ou ils vont s'encannailler pour cette semaine. Une des femmes sort un grand Thermos et sert le café, un homme à pensé à acheter les viennoiseries tout ça me paraît fort bien parti, je remarque que les dames portent presque toutes les cheveux trés courts... sportives ? pratiques en tout cas ! Déjà quelques micro-groupes se forment par affinités, c'est marrant le son de leurs rires se calme...

Et puis la chef de quai là-bas... en uniforme rigide, professionnelle... je m'avance pour lui demander une banalité, j'ai ma réponse standart sans sourire, non déplaisante... standart, ferme professionnelle ! Je l'observe de plus loin et j'entrevois la femme sous l'uniforme, de beaux cheveux bouclés bruns retenus par un élastique sous forme d'une petite queue de cheval et emprisonnée sous le képi de rigueur, un visage qui ne manque pas de charme mais marqué par sa responsabilité qu'elle doit prendre bien à coeur... nouvelle peut-être ?? Je remarque ses chaussures, de jolis souliers avec un je ne sais quoi de branchitude... cette femme sous son uniforme est une femme de caractère... Une femme ! Et là le train arrive... DSCN2895DSCN2899